Ces pages viennent en complément de la Galerie Photo afin de mieux comprendre mes photos de Crossplay. Mais l'univers d'Ophidia ne se résume pas à "faire des photos" comme vous pourrez vous en rendre compte en parcourant ces pages. Et le plus important, c'est un univers ouvert dans lequel vous pouvez intervenir... Sur cette page 'Histo' vous trouverez le cheminement qui m'a conduit, étape par étape, à la naissance d'Ophidia puis à son évolution jusqu'à aujourd'hui. Les boutons en haut à droite vous permettront d'avoir plus d'information sur les différentes thématiques liées à mon univers. Merci de noter que ce site a été lancé mi-octobre 2018 et qu'il sera étoffé avec le temps ! Bienvenue dans le monde d'Ophidia !

Derniers Ajouts : 10/11 (Respect/Le Chevalier d'Eon)

Débuts

Tout a commencé dans ma jeunesse avec 'Donjons et Dragons'. Le concept de jeu de rôle m'a immédiatement séduit de par les possibilités qu'il offrait de s'évader dans des mondes imaginaires. Bien plus tard j'ai découvert le jeu de rôle 'Grandeur nature' (une forme de théatre d'improvisation où l'on s'habille et agit comme son personnage) avec 'Vampire la Mascarade'. La 'Mascarade' reste à ce jour mon univers de jeu de rôle préféré.

Le 'GN Vampire' nous a conduit à confectionner des costumes de plus en plus sérieux et pour en garder une trace, je me suis alors interessé à la photographie qui s'est vite révélé être une véritable passion.

.
.

Cosplay

Il m'est vite devenu évident que ça n'était pas en photographiant les joueurs pendant une partie que j'allais faire de bonnes images. Nous avons donc commencer à organiser des scéances de poses photos avant les soirée vampires, puis des scéances exclusivement dédiées à la photo. Ca n'était plus du Jeu de Rôle cor nous n'étions pas nos personnages, nous jouions avec des costumes, c'était du Cosplay ! Et comme nous étions à l'époque une communauté de 30 vampires, autant dire que les modèles ne manquaient pas...

Prenant le nom de l'activité au pied de la lettre, "jouer avec des costumes", je me suis rapproché du milieu "cosplay" local. Malheureusement mes premiers contacts avec cet univers ne furent pas très positifs. Il faut dire que je n'avais aucune connaissance en 'manga' et, je dois bien l'avouer, fort peu d'empressement à me plier à des règles qu'on me présentait comme 'absolues' (le fameux "C'est comme ça et pas autrement ! Pourquoi ? Parce que !).

.
.

Crossplay

Un jour, une amie me propose de découvrir la vidéo d'un groupe de Visual Kei japonnais nommé "Malice Mizer". Je découvre 3 japonnais et une japonnaise superbement costumés dans le style du 18e siècle. Mon amie me dit alors "Toi qui aimes les challenges, tu devrais essayer le look de 'Mana' pour ton prochain personnage". J'avais déjà joué un vampire étreint lors de la révolution fraçaise donc je ne voyais pas trop où était le challenge jusqu'à ce qu'elle m'apprenne que le 'Mana' en question c'est étonament la 'fille' du groupe qui s'avérait être en fait... un garçon ! (Il fallait le savoir je vous promet !). L'idée me parrait étrange puis en y réfléchissant je me dit pourquoi pas car c'est vrai que c'est un sacré challenge, à l'image de ces artistes anglais qui montait sur scène travestis à l'époque où les femmes avaient interdiction de se produire sur scène. En anglais, 'se travestir' se dit 'to crossdress'. Quand on fait du cosplay en changeant de genre, on fait donc du Crossplay...

L'univers de Vampire la Mascarade est très riche et il se trouve qu'un clan de vampires, les 'Nosferatus', a pour caractéristique de n'avoir que des membres particulièrement moches. C'est je pense cette 'sécurité' scénaristique qui a achevé de me convaincre de tenter l'expériance. Et c'est ainsi qu'un beau soir je me suis retrouvé à jouer UNE vampire de ce clan. Ce fut un succès mais surtout pour moi la découverte que le sexe féminin dispose d'un éventail de tenues diablement plus varié que le notre. Au bout de quelques mois, mon personnage se fait tuer et la réaction quasi unanime des autres joueurs est : "De toute manière ta Nosfé ça allait au début mais après tu étais de moins en moins moches, voir plus du tout... Faut que tu joues une vampire d'un autre clan maintenant, une bien sexy !"

.
.

Ophidia

Mon nouveau vampire sera donc un adorateur de Set, un clan qui aime la luxure et tout ce que le commun des mortels ressent comme pervers ou décadent, comme le travestissement par exemple. Après la nosfératu qui m'assurait que quelque soit le niveau de mocheté du résultat, ça cadrerait parfaitement avec l'univers du jeu, le fait de jouer un homme travesti en femme me permettait encore une fois de conserver une logique entre le 'en jeu' et le 'hors jeu'. Comme les adorateurs de Set adorent les serpents, j'ai cherché un nom en relation avec serpent, j'ai trouvé qu'ophidien sonnait pas mal, surtout en le féminisant : Ophidia était née.

Nous avions une approche assez 'radicale' du jeu de rôle, ce qui nous a vallu d'ailleurs de nombreuses critiques de la part des rôlistes 'de base'. Je n'ai jamais bien compris leur position qui consistait grosso modo à vouloir jouer des vampires (créature qui dans l'univers du jeu sont les pires pourritures qu'on puissent croiser, responsable de toutes les calamités que la terre à pu connaitre) MAIS en aucun cas un vampire nazi ou sado maso (ou quoi que ce soit d'autre de trop 'offensant'). Le clan Sétite dont Ophidia était la Grande Prêtresse a commencé a organisé des soirées 'déviantes' commes les Toréadors organisaient des soirées artistiques ou les Brujahs des concert de Metal...

.
.

JdR Fetish

Les soirées sétites ont connus un franc succès mais elles ont aussi montré une limite au Jeu... En effet certains personnages qui n'avaient aucune raison d'apprécier nos soirées étaient joués par des joueurs qui eux étaient sensible à ces thématiques plus BDSM. Du coup, nous avons commencé à faire des petits scénarios plus érotiques que vampiriques et quand l'activité vampire s'est arrêté, nous avons continué ce type de soirées comme unique activité.

J'ai donné à nos activité le nom de 'jeu de rôle fetish' mais il est important de noter que ce terme ne conviendra sans doute pas à grand monde. Comme vous l'avez compris si vous avez lu ce qui précède, la majorité des pratiquants de jeu de rôle en grandeur nature se tient éloigné de la dimension érotique des relations entre personnages et majoritairement ils considèreront que nous ne sommes plus dans le jeu mais dans la soirée libertine ou le BDSM. A l'inverse, les pratiquants de BDSM réfuteront parfois l'aspect trop ludique et théatrale de nos soirées et nous placeront dans le camp des rôlistes.

.
.