Un homme doit s'habiller avec des habits d'homme sinon c'est un... Et là on s'apperçoit qu'il y a beaucoup de mots qui semblent être tous interchangeables dans la tête d'une majorité de gens ! Travesti, Travelo, PD, Crossplayer, Xplayer, Sissy, T-Girl, Trans, Shemale... Et bien sur s'il existe autant de termes, c'est qu'il existe pas mal de situations différentes. Alors on va tenter ici un rapide tour d'horizon.

Travesti

le terme "travesti" est composé du préfixe "trans-" signifiant "passer d'une condition à une autre", et de "-vesti", signifiant "vêtement". Il désigne donc la personne vêtue de vêtements traditionellement attribués à l'autre sexe. C'est le mot "traditionellement" qui a donc ici son importance puisque finalement la définition relève de la mode. Ainsi à l'époque de Louis XIV, les hommes portent des chaussures à talon typiquement féminine aujourd'hui. En Écosse le Kilt c'est viril alors que c'est pourtant bien un type de jupe ! En Afrique et en Arabie, les hommes portent des styles de vêtements qui sont clairement de style féminin chez nous. Dernier exemple, au 19ème siècle, pour porter un pantalon, la femme devait demander une autorisation de... travestissement !

Pourtant on sent bien que ça n'est pas qu'une simple question de "mode". Ainsi il n'est pas à la mode de porter des cheveux verts (Encore qu'avec le Joker, ça pourrait venir...) mais l'homme qui sort avec des cheveux verts sera surement moins emmerdé que celui qui sort en robe. La notion de s'habiller en femme fait en effet intervenir un élément qui s'avère vital pour beaucoup d'hommes (et de femmes aussi), la virilité ! Le gars aux cheveux verts aura surement droit à pas mal de qualificatifs (Ridicule, débile, moche, excentrique ...) mais celui en robe aura droit à des attaques visant avant tout sa sexualité supposé (Tafiole, PD, Tapette...). C'est la simple conséquence de 2000 ans de monothéisme pratriarcale qui ont imposé le concept de la supériorité de l'homme. Du coup on comprend que la femme veuille "faire l'homme" (Et comprendre, c'est le premier pas de l'acceptation) alors qu'à l'inverse on ne comprend pas l'homme qui "s'abaisse au rang de femme".

La raison du travestissement

Il faut savoir que si certains se travestissent par plaisir ou amusement, d'autres en ont un besoin vital. Ceux qui veulent creuser la notion de genre peuvent lire cette page mais pour simplifier à l'extreme disons qu'indépendament de son sexe biologique, on peut se sentir plus ou moins proche de l'archétype masculin ou féminin. Alors tant que ça n'est pas le grand écart, ça se passe bien (Il semble assez évident que tous les hommes ne se sentent pas obligé de ressembler à des chefs de guerre pour exister) mais si l'écart est trop important, la situation devient très délicate et l'intolérence sur le sujet conduit à pas mal de drames regrettables. Ceci dit, il est évident qu'un homme qui a envie de s'habiller en femme cherche à répondre à une pulsion, qu'elle que soit la raison évoquée pour se travestir. Et cette pulsion est bien plus répandue qu'on le pense, il suffit de voir le nombre d'hommes travesti lors de carnavals (MAIS en général c'est un travestissement "viril" où l'on garde la barbe, on en fait surtout pas trop car il faut faire caricature et pas trop femme quand même, ça pourrait éveiller des doutes...)

Quelqu'un m'a demandé un jour comment je pouvais me travestir "pour m'amuser" alors que j'étais conscient que c'est un véritable drame pour certains. Et bien je pense que c'est en montrant justement qu'on peut se travestir sans pour autant être un paumé qui a tout raté qu'on peut faire avancer les choses et surement pas en accentuant encore plus l'impression de drame. Beaucoup de gens qui ne sont pas dans la norme ne souhaitent qu'une chose, le droit à l'indifférence. Malheureusement c'est l'inverse qui se passe actuellement, on a des clivages de plus en plus fort, la majorité étant paralysée par le politiquement correcte et les minorités gueulant le plus fort possible en s'imaginant parler pour tous.

Terminologie

Dans mes histoires, il y a certains termes qui reviennent souvent. Je vous les précise ici. Sachez que tout le monde n'est pas d'accord avec les définitions de ces mots donc ce que j'écrit ici n'a nullement prétention à être une bible mais plutôt un référentiel pour savoir ce que je veux dire quand j'emploi tel ou tel terme en parlant d'Ophidia. Et j'en profite pour clarifier quelques termes a savoir utiliser à bon escient.

Sissification

"Sissy" est un terme d'origine américain, péjoratif, qui caractérise un garçon qui ne fait pas preuve d'une grande virilité (Trouillard, peu sportif, paniquant vite...) et/ou ayant des centres d'intérets traditionellement féminins (Couture, esthétique, bijoux fins...). Le mot a pris son sens péjoratif vers 1885-90 (Avant il signifiait "Soeur"). Dans les années 1930, il n'y avait pas plus accablante insulte que d'être appelé un "sissy".

La sissification consiste donc à accentuer de manière outrancière les caractéristiques supposées féminines sans pour autant chercher à faire ressembler l'homme à une femme mais bien à un homme ridicule car maquillé outrageusement mais sans perruque, habillé d'un minishort ultra moulant ou bien en dessous féminins mais sans faux seins... On peut aussi exiger que la Sissy parle avec une voix très aigue pour accentuer le ridicule.

Femellisation

La femellisation (Forced feminization) est un grand classique du BDSM qui consiste a imposer à un homme un certain nombre de choses qui sont traditionellement associées au fantasme masculin de la grosse salope. Les hommes femmellisés peuvent aussi être appelés Sissy. L'homme est forcé de se travestir systématiquement avec des tenues très sexualisées (Pute, Servante délurée, Latex...). Les prothèses mammaires sont toujours de très forte taille. On peut aussi citer dans les grands classiques de la femellisation le collier de chienne, la restriction de langage, l'obligation de faire le ménage et la vaisselle ou de cuisiner et servir à table, voir sous la table. L'homme femellisé est transformé en esclave sexuel qui peut avoir à se donner en spectacle ou à donner du plaisir sur commande (masturbation, fellation et sodomie passive, bondage, fessées reçues ou autres humiliations en privé ou en public). La femellisation est souvent assimilée à une forme de masochisme, plus psychologique que physique, où le plaisir est avant tout obtenu par la recherche du sentiment de honte par l'humiliation tant vestimentaire que physique et verbale.

Feminisation

A l'inverse de la femellisation qui consiste à transformer l'homme en une créature fantasmée de la culture porno, la féminisation consiste à le transformer en "vraie" femme. Il s'agit cette fois d'aquérir les manières de marcher, de bouger et de parler d'une femme respectable, voir distinguée. Contrairement au cas de la femellisation, on va ici faire porter de belles robes et des prothèses de sein de taille adapté. Généralement ce type de féminisation va de paire avec de strictes punitions à chaque fois qu'une chose jugée trop masculine se produit.

Trans, T-Girl, Shemale

Jusqu'à présent, il a été question d'hommes s'habillant en femme, ce qui est le cas d'Ophy. Mais pour certaines personne, l'objectif est de s'approcher bien plus du sexe auquel on se sent appartenir que par un simple changement de vêtement. Il est alors question de prise d'homones qui vont modifier la pilosité et provoquer des changements physiques (Apparition d'une poitrine...). les personnes qui sont dans cette voie sont dites "Trans" ou "T-Girl". T-Girl est le terme qui semble le plus apprécié par ces personnes. Sachez par contre que les termes "Shemale" et "Ladyboy" sont extremement péjoratifs ! Ils désignent une personne ayant des seins et un pénis, mais d'une manière qui sous entend que sa seule utilité est de faire du Porno... C'est pour ça que dans certaines scéne, Ophy pourra être traitée de Shemale, à prendre comme une insulte donc et pas au sens strict du mot.

Il existe pour finir un débat récurent sur le fait qu'on doit continuer, ou pas, à appeler Trans une personne qui a été au bout du processus et a donc fait remplacer son sexe masculin par un sexe féminin. Par le simple fait de la lourdeur du processus médical et psychologique nécessaire pour en arriver jusque là, je pense que la moindre des choses est d'appeler simplement ces personnes des femmes car elles, plus que quiconque, ont il me semble bien gagné ce droit !

.
.

Crossplay

Le crossplay est un cas particulier de cosplay dans lequel le cosplayeur incarne un personnage d'un genre qui n'est pas le sien, que ce soit une femme portant le costume — et jouant le rôle — d'un personnage masculin ou l'inverse.

Comme pour le Cosplay, le Crossplay n'est pas perçu partout de la même manière... Au Japon, où le travestissement est beaucoup mieux accepté, le crossplay est assez courant et le crossplayer tente de ressembler vraiment à une femme.

Aux USA les crossplayeurs ont plutôt tendance à travestir leur personnage (par exemple un homme jouant un Dark vador avec pas mal de rose et un badge Hello Kitty) et/ou à conserver un second degrés manifeste (Barbus incarnant un personnage féminin) afin ne ne pas faire 'travesti'.

En Europe le crossplay reste beaucoup plus marginal, beaucoup de gens en étant encore a penser qu'un homme incarnant un personnage féminin est obligatoirement un homosexuel refoulé...

Le Crossplay ajoute toujours une difficulté supplémentaire évidente au Cosplay. En effet apparaitre de manière crédible tout en incarnant un personnage du sexe opposé nécessite un minimum de préparation et je ne parle pas uniquement de maquillage. La démarche et la gestuelle de l'homme diffèrent beaucoup de celle de la femme. Ces différences sont subtiles mais elles sont très importantes pour ceux qui veulent incarner un personnage crédible... Je pense développer plusieurs fiches abordant les différents sujets liés au Crossplay, fiches que vous trouverez au fur et à mesure dans cette rubrique 'Crossplay'

C'est par contre un excellent entrainement pour réussir à vous foutre de ce que pensent les gens qui ne nous connaissent pas. Dans un monde moderne basé sur les 'likes' de Facebook et 'followers' de Tweeter, beaucoup de gens ne vivent plus que par/pour le regard des autres et s'interdisent tout un tas de chose à cause du ' qu'en dira t'on ?'. C'est d'autant plus regrettable qu'en y réflechissant un peu, vous serez obligé d'admettre que quoi que vous fassiez, il y aura toujours des gens pour vous critiquer, c'est une évidence, donc autant être critiqué en faisant des trucs qui vous plaisent !

.
.